GEOLOGIE
Les rougiers de Marnaves 

Une randonnée sur le site des dunes de Marnaves permet de découvrir un paysage de rougiers très érodés : mamelons d’argilite et de bancs de grès rouges parcourus par des ravines, au sol presque stérile, à la végétation clairsemée composée de quelques arbustes, buissons, mousses et lichens, et à l’écart de toute culture agricole ou exploitation forestière.  
Les dunes de Marnaves font partie de l’ensemble géologique du dôme de la Grésigne, et du dôme de Vaour. 
La géologie de ce site est à rapprocher de celles du bassin de Brive (Collonge la Rouge) (19) et de Camarès (12) où on observe ce même paysage de terres rouges. 
Comment expliquer la présence de cette accumulation de terres rouges ? 
Il y a tout d’abord la création de cette énorme chaine de montagnes (orogénèse) de granite et de gneiss que fût le Massif Central (-350 Ma), située à cette époque à l’équateur. Puis d’abondantes pluies équatoriales ont raboté ces reliefs, entrainant à ses pieds une vaste accumulation de débris de plantes tropicales (de - 340 à – 300 Ma), et actuellement transformés en houille, comme à Decazeville ou à Carmaux.  
Puis, suite à une phase de climat torride mais sec (- 300 à – 250 Ma = Permien), l’érosion va évoluer en une accumulation de dépôts d’argiles et de sables (peu fossilifères), issus de la dégradation des granites et gneiss. Un phénomène identique à celui de la latérisation concernant les terres tropicales africaines se produit alors sur ces alluvions lentement « cuites » sous un ardent soleil tropical : la libération des ions ferriques issus des feldspaths dégradés, l’oxyde de fer donnant aux argiles et aux sables leur intense couleur rouge. 
Ensuite, un autre phénomène tectonique remarquable s’est déroulé dans cette région : c'est le jeu de deux failles (dites « armoricaine » d’orientation NW-SE et « de Villefranche » d’orientation N-S) actives à cette période, et qui ouvrent à leur jonction (précisément au sud de la
  Grésigne) une dépression profonde de quelques 4500 m ( !), dans laquelle se déversent les  produits de  cette 
érosion permienne, comme en témoigne un forage à la Grande Baraque.  
S’en suivront, suite à l’ouverture de l’océan atlantique et au fort réchauffement climatique, les transgressions marines du Secondaire qui envelopperont et recouvriront par une succession de sédimentations calcaires l’avant-pays ouest (Quercy) et sud (Causses) du Massif Central (ce dernier étant déjà bien dégradé). C’est ainsi que le site de Marnaves est entouré (au S, W et N) par un plateau calcaire le surplombant. 
La suite et fin de l’histoire de la Grésigne : l’orogénèse pyrénéenne (- 45 Ma) puis alpine (-35 Ma) ont fait rejouer les failles, ce qui a eu pour effet de compresser les diverses couches sédimentaires permiennes les faisant se chevaucher entre elles, et même par endroits chevauchant des sédiments récents (oligocènes - 30 Ma) !  
Ce qui fait qu’aujourd’hui, le randonneur peut marcher sur ces sols rouges vieux de 250 Ma ! 
(Ma = Million d’années) 
Coordonnées GPS : N 44.04.483 ; E 1.52.995 Alt 197 m


                                                       J-P C.